lienlien
Bienvenue sur Exodus !

❝Help me out, I need some temporary saving❞ ﻬ Raleigh&Barbara



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bienvenue,

le forum est à nouveau ouvert.

 

 ❝Help me out, I need some temporary saving❞ ﻬ Raleigh&Barbara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
₪ Aventures : 52
₪ Emploi : Océanologue & biologiste marine

Feuille de survie
₪ Inventaire:
Dim 27 Mai - 17:27


I know that there will come a day when you need somebody to help you out
Déambulant à pas pressés dans les allées aménagées du campement, Barbara avait encore du mal à réaliser qu'elle se trouvait sur une toute nouvelle planète, des milliards de kilomètres la séparant de sa Californie natale. La base qu'ils avaient installé au sol se trouvait au beau milieu d'une jungle luxuriante. La biologiste aurait sans doute choisi un lieu un peu plus pratique d'accès pour établir le campement, mais ce choix ne relevait pas d'elle et, évidemment, être dans la jungle leur permettait une certaine discrétion. Le champ de force les protégeait de tout type d'attaque, qu'il s'agisse des dinosaures ou des humains natifs de ce monde. Comme il était étrange et incroyable de penser que ces deux espèces puissent cohabiter ! Et pourtant, c'était bien le cas ici. La jeune femme venait de sortir du laboratoire d'appoint qu'elle avait tenu à aménager au sol, afin de commencer les analyses nécessaires après chaque expédition sans avoir à attendre un retour à bord de l'Exodus. Cette décision était stratégique : Barbie tenait à passer le plus de temps possible dans ce nouvel environnement pour se familiariser avec et prendre ses marques au plus vite. Et puis, vu le temps qu'il leur avait fallu pour accorder à son équipe scientifique l'autorisation de descendre au sol et préparer la première expédition, elle n'allait pas se laisser avoir une seconde fois et risquer de rester confinée en orbite plusieurs semaines d'affilée quand il y avait tant à voir et à découvrir sur le terrain !

Zigzaguant entre les tentes et les bâtiments sécurisés, l'océanologue ne faisait pas trop attention à ceux qui l'entouraient. Il s'agissait pour la plupart de militaires, et quelques scientifiques. Si ces derniers constituaient son environnement quotidien, elle savait également parfaitement comment se comporter avec les forces armées, étant donné le nombre de soldats qu'elle côtoyait. Elle sentait quelques regards accompagner son passage, mais elle ne s'en formalisait pas. Concentrée sur son trajet, elle parvint finalement à destination au bout d'une dizaine de minutes : c'était fou de constater à quel point leur campement était étendu ! Et dire qu'ils n'avaient même pas encore achevé la construction des bâtiments... Soupirant, la jeune femme pénétra dans le petit hangar hermétique qui servait d'entrepôt au matériel scientifique n'ayant pas encore été installé dans le laboratoire d'appoint. Il s'agissait de l'une des constructions les moins aboutie et, puisque uniquement destinés à servir de réserve et d'espace de stockage, elle n'était même pas équipée de digicode. Il fallait un pass muni d'un accès spécial pour accéder à ce bâtiment et, surtout, pour en ressortir car les portes se verrouillaient automatiquement au bout de quelques secondes.

Barbie n'avait pas eu besoin de sortir son badge pour ouvrir la porte, elle avait simplement profité d'un heureux hasard qui avait fait en sorte qu'une autre personne voulût sortir au moment-même où elle s'était présentée devant la porte. Elle passa une bonne vingtaine de minutes à farfouiller entre les appareils nonchalamment entreposés dans le hangar. « Où est passée cette fichue boîte ?! » pesta-t-elle dans un sifflement agacé. La boîte en question était remplie d'accessoires et de matériel nécessaires à l'utilisation des microscopes du laboratoire d'appoint. Elle était persuadée d'avoir fait descendre à terre la petite caisse, aussi cela la frustrait-elle au plus haut point de ne pas la retrouver ! Lorsqu'elle finit par mettre la main dessus, Barbara ressentit une vague de soulagement et de satisfaction l'envahir. Elle prit la boîte tant convoitée et se dirigea vers la porte de sortie. Là, elle sortit son badge de sa poche et le passa devant le détecteur. Aucune réaction de la part du mécanisme d'ouverture. Fronçant les sourcils, la scientifique sentit une pointe d'inquiétude l'envahir. Frénétiquement, elle repassa son badge devant le capteur une bonne dizaine de fois, avec des gestes de plus en plus énervés à mesure qu'elle voyait les portes demeurer fermées face à elle. « Mais c'est pas vrai ! » finit-elle par exploser en jetant son badge au sol. Elle posa la caisse remplie de matériel plus délicatement et poussa un long soupir irrité.

Barbara avait beau réfléchir aux différentes options qui s'offraient à elle, elle devait se rendre à l'évidence : elle était coincée à l'intérieur du hangar ! Et, le pire, c'était que le bâtiment ne se trouvait pas dans la partie la plus fréquentée du campement... Combien de temps allait-elle rester bloquée ici ? Elle avait d'autres choses à faire, des détails à régler pour sa première expédition et l'installation du laboratoire à terminer ! « Il y a quelqu'un ? » demanda-t-elle en frappant énergiquement sur la porte fermée, espérant que quelqu'un passe dans le coin rapidement.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
₪ Aventures : 32
₪ Emploi : Pilote auto/Agent d'intervention

Feuille de survie
₪ Inventaire:
Lun 28 Mai - 0:54



Help me out, I need some temporary saving ﻬ


Depuis que nous étions arrivés sur Exodia nous n'avions pas ralenti une seule seconde. C'était du travail non stop, du 24h/24. Grâce à tout ce travail nous avions réussi à commencer quelque chose de bien. Après avoir survécu à une attaque de dinosaure, ce qui n'était pas rien, nous avions construit notre champ de force, ce qui nous garantissait la sécurité. Puisque nous ne risquions plus rien à présent, grâce au champ de force, nous nous étions concentré sur la construction de bâtiments pour accueillir les nouveaux arrivants que nous étions. Pour l'instant nous nous contentions d'abris de fortune comme des tentes. Mais tout le monde mettait la main à la pâte et se donnait le du mal dans la construction de ce qui serait notre QG et bientôt notre chez nous définitif. Si personne ne si opposait et si l'on survivait assez longtemps évidemment. J'étais persuadé que nous y arriverions. Nous étions déterminés à atteindre le but que nous nous étions fixé en quittant notre chère Terre.

J'avais passé toute la journée à travailler sur les véhicules qui nous permettraient de nous déplacer sur ces terres encore méconnues. Je n'étais pas du genre à me plaindre mais là je l'avoue j'était crevé. Mais content. Je n'étais pas mécanicien de profession mais les voitures m'avaient toujours passionné et en tant que pilote j'aimais travailler sur les véhicules que j'utiliserais. Mon travail contribuerait à l'exploration des lieux en profondeur. Les véhicules motorisés permettrait d'aller plus loin, plus vite et par conséquent couvrir beaucoup plus de terrain que des personnes à pied. Il me tardait de partir explorer les étendues de terres encore vierges de notre passage. Le peux que j'en avais vu ne me suffisait pas. Je souhaitais en savoir plus sur tout ce qui concernait cette planète. Elle avait tenté de nous intimider en nous accueillant assez mal, mais cela ne nous arrêtera pas. Pour moi chaque personnes montées à bord de notre Exodus était quelqu'un à la  recherche de réponses. Il fallait du courage ou bien de la folie pour entreprendre ce voyage sans vraiment être sûr de la destination. Nous l'avions pourtant tous fait. C'était pour moi la preuve que tout le monde ici voulait la même chose: Découvrir, comprendre, et était déterminé à survivre coûte que coûte.

Je quittais donc le hangar des mécaniciens pour rejoindre le coté militaire du camp. Là ou tout ceux qui étaient chargés de la surveillance et de la défense campaient. Des dizaine de rangées de tentes blanches, au milieu desquelles les militaires vivaient. Ma tente, en l'occurrence, m'y attendait en compagnie de mon lit qu'il me tardait de retrouver. Mais pour cela il me fallait traverser une bonne partie du camp. J'en avais plein les bottes de cette journée ou j'avais passé la matinée à faire partie des sentinelles et l’après-midi les mains dans le cambouis. J'avais commencé à grignoter une pomme sur le chemin du retour, depuis le temps que je voulais la manger celle là. En passant devant un vieux hangar quelque chose me tira de mes pensées.

« Il y a quelqu'un ? »

Une voix féminine me semblait-il en provenance de se hangar m'obligea à m’arrêter. Quelques coups contre la porte en métal m’assurèrent que je n'avais pas rêvé cette voix. Je m'approchais de la porte hésitant à proposer mon aide ou partir en douce. Quelqu'un d'autre finirait bien par passer... d'autant plus je n'avais aucun moyen d’accéder à ce hangar. Je n'en avais pas l'utilité, je n'y avais donc pas accès. Mais ma curiosité l'emporta sur mon envie de dormir. Je m'appuyai sur la porte du bâtiment avant de toquer deux coups, ma pomme à la main.

"Besoin d'un coup de main?"

Codage par Libella sur Graphiorum



Au-delà des étoiles


Dernière édition par Raleigh Fox le Dim 10 Juin - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
₪ Aventures : 52
₪ Emploi : Océanologue & biologiste marine

Feuille de survie
₪ Inventaire:
Mer 6 Juin - 23:06


I know that there will come a day when you need somebody to help you out
Depuis combien de temps Barbie était-elle enfermée dans le hangar ? Certainement pas très longtemps, mais le fait de se savoir incapable de sortir de l'endroit lui donnait l'impression d'avoir déjà passé plusieurs heures à toquer contre la porte en espérant que quelqu'un passe par là. Bien sûr, il faudrait que la personne en question ait accès à l'entrepôt et soit en mesure de déverrouiller la porte... En supposant qu'ils vivaient dans un monde idéal. A vrai dire, Barbara avait seulement envie de savoir qu'elle n'était pas seule, entendre une voix lui répondre pour la rassurer un peu, elle qui commençait à sérieusement paniquer à mesure que les minutes s'écoulaient. Elle s'imaginait déjà passer toute la nuit coincée ici, seule et dans le noir, perdue au milieu de tout ce matériel scientifique. Enfin, dans quel état se trouverait-elle le lendemain matin ? Il faisait plutôt froid sur cette planète, une fois la nuit tombée... Et dire que le hangar n'était même pas chauffé ! Pouvait-elle succomber d'hypothermie si elle restait prisonnière de cet entrepôt plusieurs heures durant ? Plus la scientifique laissait son esprit dériver vers ces hypothétiques et angoissants scénarios, plus elle s'affolait. Elle avait désormais l'impression que sortir de là était devenu urgent, comme si elle n'allait pas tarder à manquer d'oxygène ou que les murs allaient subitement se mettre à bouger pour rétrécir l'espace dont elle disposait. Les frappes qu'elle donnait sur le battant métallique qui servait de porte ressemblaient plus à des battements frénétiques et désordonnés qu'autre chose.

Ainsi, lorsque la jeune femme entendit deux coups retentir de l'autre côté de la porte, elle sursauta. Si elle s'immobilisa immédiatement, croyant l'espace d'un instant qu'elle avait rêvé ces bruits, son cœur, lui, continuait de battre la chamade dans sa poitrine. Le silence envahit alors l'espace, du moins pendant quelques secondes. Puis, pile au moment où Barbie commençait à désespérer et être convaincue que les coups qu'elle avait entendus n'étaient que l'écho de ses propres heurts contre la porte, une voix masculine retentit. « Besoin d'un coup de main ? » L'océanologue poussa un long soupir de soulagement en réalisant qu'il y avait vraiment quelqu'un derrière cette porte. Subitement, elle sentit l'angoisse disparaître et tout lui sembla plus clair. « En effet.. Il semblerait que je sois coincée à l'intérieur du bâtiment... Mon badge est déchargé ! » répondit-elle sur un ton plus rapide qu'elle ne l'aurait voulu, se sentant obligée de se justifier comme une petite fille que l'on aurait surprise en train de commettre une bêtise. Elle ignorait complètement l'identité de celui qui se trouvait là, de l'autre côté de cette porte, à l'air libre. Elle avait l'impression de reconnaître sa voix, mais elle était bien incapable d'associer un visage à ces intonations. Avec un peu de chance, l'homme avait l'intention de venir récupérer quelque chose à l'intérieur de l'entrepôt !

« Pouvez-vous m'aider à sortir ? » demanda-t-elle ensuite, la voix remplie d'espoir, appuyant son front contre la surface froide et métallique de la porte. Se savoir sauvée, ou presque, fit retomber la pression qui l'animait et s'évanouir la tension de ses muscles. Cependant, le temps que mettait son interlocuteur à réagir, que ce soit en paroles ou en actes, commençait à l'inquiéter. Fronçant les sourcils, la biologiste se redressa brusquement. Quelque chose clochait. Si l'homme pouvait ouvrir la porte, pourquoi ne l'avait-il pas encore fait ? « Avez-vous accès à ce hangar ? Ou bien possédez-vous des compétences en électromécanique ? » renchérit-elle, sur un ton de moins en moins assuré. Le fait était que l'entrepôt se situait dans le quartier des militaires. Par conséquent, les chances de tomber sur un scientifiques possédant un pass valide pour le bâtiment ou encore sur un ingénieur capable de contourner le système d'entrée sans digicode étaient plutôt minces... Si l'on considérait la malchance dont semblait bénéficier Barbie depuis le début de la soirée, il n'était pas difficile d'imaginer que la seule personne qui se soit portée volontaire pour l'aider ne fasse malheureusement partie d'aucune de ces deux catégories !

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
₪ Aventures : 32
₪ Emploi : Pilote auto/Agent d'intervention

Feuille de survie
₪ Inventaire:
Dim 10 Juin - 20:36



Help me out, I need some temporary saving ﻬ


La jeune femme derrière cette grande porte métallique sembla se calmer en entendant ma voix. Elle risquait très certainement  d'être déçue, car ma présence ne signifiait en aucun cas sa libération immédiate.

« En effet.. Il semblerait que je sois coincée à l'intérieur du bâtiment... Mon badge est déchargé ! Pouvez-vous m'aider à sortir ? »

Je secouais la tête pour moi même. Non, je ne pouvais pas l'aider mais répondre à sa question par la négation n'était pas constructif. Dire « oui » serait lui mentir. Mais même si j'étais impuissant ça ne voulait pas dire que j'allais la laisser se débrouiller seule.
C'était bien beau la technologie, ça pouvait vous dépanner comme sa pouvait vous mettre dans un sacré pétrin. Je marquais une pause pour réfléchir à un moyen de la sortir de là. Pas un ne me traversa l'esprit. Je n'avais de base pas accès à ce hangar et je ne connaissais personne qui pourrait l'ouvrir. Mon absence de réponse sembla faire paniquer la jeune femme.

« Avez-vous accès à ce hangar ? Ou bien possédez-vous des compétences en électromécanique ? »

Je laissais échapper un ricanement. Je risquait malheureusement de ne pas être Le chevalier en armure blanche que la demoiselle espérait voir venir à son secours. J'étais cependant celui qui était passé dans LE coin au moment ou elle en avait besoin. Je n'avais pas d'autre choix que de tenter tout ce que je pouvais pour ouvrir cette maudite porte électrique.

« Mécanique, oui. Électro, pas vraiment. » Dis-je.


Je m'éloignai de la porte pour en avoir une vue d'ensemble. Normalement il devrait y avoir une ouverture manuelle, il suffirait de la trouver et cette histoire serait réglée. Maintenant que je m'étais engager à l'aider je ne pouvais pas l'abandonner à son triste sort en espérant que quelqu'un vienne la sortir d'ici. Je m'approchais du boitier pour scanner les badges. Je sortis mon poignard de ma ceinture et ouvris le boitier de force. Des fils bleu, rouge et vert s’entremêlaient les uns aux autres avant de partir chacun de leur coté, formant des connexions dont je ne saisissais pas l'utilité. L'idée me vint de faire un cours circuit mais c'était beaucoup trop dangereux. Ça risquait de déclencher un incendie et la belle serait brûlée vive dans sa prison de fer. Ce n'était pas trop mon but. Il serait donc mieux de commencer par le début en cherchant un moyen plus basique d'ouvrir cette fichue porte.

«  Vous devriez regarder de votre coté s'il n'y à pas une ouverture manuelle. Se serrait une poignée rouge ou un truc du genre. » Lançai-je.

Nous arrivions à voyager sur d'autre planète mais n'étions pas fichu de créer des portes fonctionnelles. Le temps quelle cherche ce qui pourrait bien la faire sortir d'ici, je jetais un coup d’œil de plus près aux câbles du boitier. Si il n'y avait pas de poignée de secours il faudra trouver un plan B. Je n'étais pas un expert mais la manipulation pourrait prendre un peut de temps. Il faudrait trouver un moyen de tuer le temps.

«Qui me dit que votre badge est bien déchargé et que vous n'êtes pas plutôt une voleuse de matériel prise au piège?»

Je rigolais intérieurement et ne pu m’empêcher de sourire mais ça elle ne pouvait pas le voir.

Codage par Libella sur Graphiorum



Au-delà des étoiles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 
❝Help me out, I need some temporary saving❞ ﻬ Raleigh&Barbara
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liberia: Obama Signs One-Year Extension for 'Temporary' U.S. Residents
» maybe... maybe love is temporary (jules&sage)
» ALL PALACES ARE TEMPORARY PALACES ♡ Saskja
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Madanm Berlusconi mande divos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exodus :: Exodia :: Nord d'Exodia partie arborée :: Camp des Exodiens-
Sauter vers: