lienlien
Bienvenue sur Exodus !

A la recherche d'une aide _ Kaldar + tout ceux veullent intervenir



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bienvenue,

le forum est à nouveau ouvert.

 

 A la recherche d'une aide _ Kaldar + tout ceux veullent intervenir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
₪ Aventures : 16
₪ Emploi : se cherche toujours
Ven 18 Mai - 10:44

Comment oublier son passé quand celui-ci nous hante toutes les nuits


Il était maintenant 4h du matin et la plupart des gens de l'oasis étaient en train de dormir. J'étais un des seuls encore debout à cette heure avancer de la nuit. Comme bien des fois, je n'arrivais pas à dormir. Depuis longtemps, les cauchemars étaient de moins en moins présent à mon esprit, mais parfois. Ils revenaient avec tellement de force que je n'arrivais pas à me rendormir. Dans ces moments-là, Yhùan essayait de me donner une de ses décoctions bizarres pour m'aider à dormir. Cette fois là par contre, je ne voulais pas dormir. Je voulais essayer d'évacuer moi-même cette espèce de frustration que j'avais au fond de moi. Je n'aimais pas y penser, cela me donnais d'énorme migraines et concrètement c'était loin d'être plaisant.

C'était justement dans cette optique de me vider la tête que je m'étais dirigé vers le stand de tir au nord-Est de l'oasis. Bien entendu, à cette heure-ci tout était fermé. Heureusement pour moi, j'avais une cachette juste à côté où j'avais enterré un arc et un carquois rempli de flèches à rasbord. Et oui, je n'étais certes peut-être pas très futé, mais je savais tout de même me débrouiller seul.

Après avoir récupéré mon équipement, je m'étais faufilé à l'intérieur. Certes le compartiment où les armes étaient stockées se retrouver fermer à double-tour tous les soirs, mais bon au moins la bâtisse en elle-même restais ouverte pour servir d'abri en cas de tempêtes. Sans détour, je m'étais dirigé vers le stand de tir juste après avoir mis en place mon carquois dans mon dos.

Les torches brûlaient toujours accrocher au mur, mais je ne me préoccupais pas vraiment de mon environnement. J'étais concentré sur ma cible en face de moi. C'était seulement dans ces moments-là que je me montrais réellement sérieux. Le fait de prendre son temps pour viser et tirer ensuite. Ce cycle de mouvement que l'on effectué quand on tirer à l'arc me passionner. Bizarrement, cela m’apportait une certaine sérénité. Je n'avais pas besoin de réfléchir et cela me suffisait.

Je prenais donc mon temps pour bander l'arc et ensuite tirer. Plus rien ne compter autour de moi, j'étais absorbé par mon activité. Je tirais donc de plus en plus rapidement enchaînant les flèches. Une, deux, trois quatre flèches je n'arrêtais pas et finissais mon carquois sur la cible. Bien qu'en général je me montrais être un bon tireur. Cette fois, j'étais perturbé. Je n'arrivais pas vraiment à focaliser entièrement mon esprit sur la cible. Je divaguais un peu, je réfléchissais à tout et à rien.

Après avoir tiré toutes mes flèches, je m'étais dirigé vers le fond de la salle pour les récupérer. Arrivais devant la cible, un grognement mécontent était sorti de ma bouche. Je venais de casser une de mes flèches et cela me rendait mécontent. Celle-ci avait percuté le mur au lieu de la cible fait de paille. Je remarquais alors à qu'elle point j'étais perturbé. Je n'arrivais même plus à toucher le centre de ma cible.

         
(c) Lilie

         



____________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
₪ Aventures : 11
₪ Emploi : Orcëtii sur un navire pirate
Sam 16 Juin - 9:45

A la recherche d'une aideCe qu’elle faisait là ? Sarina n’en savait fichtrement rien. Enfin si, elle savait ce qu’elle faisait au sein du territoire des Rajàhors, où elle était arrivée quelques jours plus tôt. Il était rare qu’elle se déplace hors de son clan, et encore plus avec les derniers évènements ayant eu lieu, mais la gouverneure avait des obligations à tenir et l’une d’elle l’avait conduit jusqu’aux terres du peuple des nomades du désert. Le voyage prenait un certain temps et il lui fallait se rendre non loin de mines où elle avait des intérêts. Un accord mené avec les Rajàhors qu’il lui fallait honorer, mais surtout s’assurer de ne pas être flouée avec les récents évènements. 

La gouverneure de Menethil savait qu’avec ses actes contre ces envahisseurs du ciel, elle n’avait fait l’unanimité. Elle avait même pris des dispositions avant de partir de sa cité, afin d’éviter un coup d’état en son absence. Elle avait confiance en son clan, mais il suffisait qu’une ou deux têtes fortes décident de faire parler leur opinion, alors elle pouvait perdre énormément. Et elle en savait quelque chose, ayant elle-même eut le pouvoir en faisant jouer de ses relations !

La voilà donc, la Sarina, sur les terres Rajàhors, à avoir établi un campement proche d’une oasis offrant ce dont elle avait besoin. L’oasis d’Osadii était un lieu de passage incontestable pour celle qui avait dû délaisser son navire afin d’effectuer ce voyage. Il est certain que la gouverneure aurait préféré se rendre directement aux mines par voies marines, mais cela n’aurait pas été des plus judicieux alors qu’il était plus rapide d’y aller par voie terrestre. Ainsi, elle et son escorte avaient fait halte dans cette oasis. Mais contrairement à une grande majorité de la petite troupe l’accompagnant, Sarina ne dormait plus vraiment alors que l’aube n'avait pas encore percé. 

Et là venait la question de sa présence alors que ses pas l’avaient guidé vers un bâtiment entrouvert. Elle qui n’avait besoin de se reposer plus, elle avait profité de ce temps calmer afin de marcher en laissant aller ses pensées à des réflexions en lien avec l’état actuel du monde. L’arrivée de ces hommes de l’espace ne la rendait pas sereine et c’était cela qui l’avait empêcher de rester bien plus longtemps dans les bras de Morphée. 

À vue d’œil, Sarina s’était retrouvé sur un terrain d’entraînement et elle n’avait besoin de tout observer pour voir qu’une personne l’occupait déjà. Des cibles, des flèches, nul besoin d’être une lumière pour comprendre l’activité pratiquée, une activité que Sarina avait connu enfant mais délaissée par la suite. L’arc était une bonne arme, mais chez les Orcitàns, celui-ci avait été remplacé par quelque chose de bien plus élaboré et bien plus mortel. Mais que ce soit l’arc ou le pistolet, Sarina préférait les armes de corps-à-corps, le sabre, ou même à mains nues. Elle considérait moins lâche de se battre face à son adversaire que de rester en embuscade dans son ombre. Et pourtant, bien qu’elle pensait cela, l’un de ses pistolets l’attendaient dans son campement. 

Mais même si elle ne pratiquait plus quotidiennement les armes à distance, la pirate devenue gouverneure pouvait voir que la personne se débrouillait. Bien que toutes ne soient pas dans le centre, la cible était bien garnie. Et pourtant, elle pouvait voir qu’il ne semblait pas satisfait. Sarina aurait très bien pu ne pas prêter attention à tout ceci, voir de quoi s’agissait le bâtiment et rebrousser chemin, mais non, elle ne l’avait pas fait. Elle avait d’abord observé le jeune homme, voir comment il agissait, réagissait en récupérant ses armes et un léger sourire vint prendre naissance sur les lèvres de la jeune femme. Elle voyait bien que quelque chose n’allait pas. Quoi, elle n’en savait rien. Était-ce une préoccupation d’esprit ? Le manque de pratique ? Ou une gestion de la frustration qui laissait à désirer ?

« Tu devrais recommencer. »

Sarina ne cherchait pas à le conseiller spécialement. Elle disait cela comme elle l’aurait naturellement dit à n’importe quel homme – ou femme – de combat débutant son entraînement à Menethil.

Ce jeune homme, présent dans le bâtiment, elle ne le connaissait ni d’Eve, ni d’Adam et c’est pour cela aussi qu’elle avait lâché cette simple phrase, pouvait même tonner comme un ordre. Sarina ne faisait plus dans le tact depuis quelques années et elle ne prenait plus en compte la façon dont ses dorés pouvaient être pris. Si cela dérangeait, tant pis. Elle n’était plus à se sentir blessée si quelqu’un lui reprochait de ne pas faire preuve de plus de douceur. À quoi bon le faire ? Ce monde ne réclamait pas de douceur, mais une force de caractère pour espérait proposerer. 

© CRIMSON DAY


If you believed in her,
now you can believed in you.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A la recherche d'une aide _ Kaldar + tout ceux veullent intervenir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les personnages mangas !
» PAM GENTIL CANICHE ABRICOT 9 ANS recherche fa dans le 13
» recherche amie
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» Haiti: Liberté, "aide" et corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exodus :: Zone morte :: Archives :: Autre-
Sauter vers: