Ouverture du forum le 26/02/2018
Bienvenue et bon jeu à tous ♥️


N'hésitez pas à laisser un commentaire sur nos fiches pub
RPG Design et Never Utopia et sur FB.

Points de Bravoure des différentes factions :

1 Points 0 Points 0 Points 0 Points 0 Points 0 Points

Scénarios des membres

Partagez | 
 

 Le guerrier et la garde Feat Asmund

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage



avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Garde volante

MessageSujet: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Dim 1 Avr - 10:57


Le guerrier et la garde


L'hiver posait un manteau blanc sur les montagnes environnantes. Le vent frais piquait les joues de la garde. Ses cheveux virevoltaient au moins mouvement d'Echo. Aucune crainte dans son coeur, c'était une habitude d'être dans les airs, de cette température. Craignant beaucoup moins le froid que la chaleur pour dire vrai. Sa ronde allait bientôt se terminer et Anrlë allait pouvoir aller rejoindre l'homme qui lui avait tout appris de l'art du combat. Cela faisait quelques années qu'il l'entraînait, et même si elle n'arrivait pas à sa hauteur de guerrier, elle s'était beaucoup amélioré au fil des entraînements. Asmund, elle avait l'impression de le connaître depuis toujours, tout d'abord, un simple jeune homme que sa grand-mère renvoyait souvent de chez elles, avant qu'une fois son rite passé et le rang de gardes comme charge, il se retrouve à l'entraîner. Il était important que ceux de la garde volante, sache se battre, leur rôle était de protéger leur clan, et même si le grand sage favorisait la paix, les choses pouvaient tourner différemment. Puis, le monde qui les entourait leur enseignait à toute, la survie.

Demandant à son ami de se poser près du grand lac de Gonorà. Anrlë déposa un pied au sol qui s'engouffra dans la neige. Le lac était totalement gelé et depuis quelque temps, les entraînements se passaient sur ce sol très glissant. Une dose de danger en plus. La Kavàlii n'avait jamais encore entendu la glace se craqueler, signe de brisement, mais cela pourrait très bien arriver. Ne voyant pas encore la présence d'Asmund, elle vint à coller sa tête à celle d'Echo, toute avec le flanc de sa main à lui caresser son grand bec.

- Il m'a peut-être oublié, tu en penses quoi ? Tournant la tête pour croiser le regard de son meilleur ami, un sourire vint à éclairer son visage. Tu as raison, ce n'est pas son genre.

Anrlë échangeait beaucoup avec Echo, étant persuadé qu'il la comprenait mieux que quiconque. Finalement, son cri très perçant et très particulier, la fit grimacer une seconde, due à sa proche proximité. Là, au loin, elle vit son maître d'armes arrivé. S'il comptait inaperçu, cela était compromis, surtout avec cet Écho qui n'en faisait qu'à sa tête. Quittant la chaleur du ptéranodon, elle sortit son épée et se positionna sur la glace. Ses glissements étaient plus fluides qu'au tout début. Un grand sourire sur le visage, elle annonça l'épée à la main.

- J'ai presque failli t'attendre.

Si la jeune garde volante n'était jamais trop à l'aise dans une foule, en tête à tête, elle se retrouvait beaucoup plus ouverte.

AVENGEDINCHAINS


If you look into the distance, there's a house upon the hill. Guiding like a lighthouse to a place where you'll be safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way…i will leave the light on

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Lun 2 Avr - 0:36


Seul la sonorité de la neige qui craquait sous son poids accompagnait l’imposant guerrier kàvalii. Pas après pas, il avançait lentement et prudemment dans la neige. Depuis quelques temps, le froid s’était emparé des montagnes de la région qui avaient aujourd’hui revêtu leurs plus beaux habits blancs. Un sourire au coin des lèvres, l’imposant homme aux cicatrices observait silencieusement le majestueux dinosaure qui se posait au sol. Elle était là, une dizaine de mètres plus bas, avançant prudemment sur le lac gelé. Impossible pour lui d’entendre ses paroles néanmoins, il se doutait que la brune discutait avec son compagnon de vol. Ses doigts étaient gelés tandis qu’il reprenait doucement sa route. Fidèle à lui-même et ses habitudes, le guerrier n’avait pas remis les pieds en ville depuis de nombreuses journées tandis qu’il logeait son souffle chaud a intervalle régulier entre les paumes de ses mains serrées. Anrlë, la gardienne, elle était de ceux qui avaient la chance d’avoir des contacts réguliers avec le guerrier malgré ses périodes d’absences au sein de sa communauté.  

Elève assidue depuis ses premiers pas dans la garde volante, la jeune femme possédait un véritable héritage ainsi qu’une prédisposition à se battre malgré les uses et coutumes de son peuple. Si l’on ne prônait en rien la guerre, espérant même faire sortir ces horribles décennies de l’esprit des kàvaliens, le titanesque kàvaliens savait reconnaître ce don offert a ceux que la nature décidait d’élire. Elle leur offrait ce grand pouvoir, menant aux immenses responsabilités pour le clan des montagnes. Le fourreau en cuir de son épée dissimulé sous l’immense cape recouvrant ses épaules. Asmund ne laissait derrière lui que ses empreintes dans la profonde neige. Immobile au milieu de la glace, la capuche de son immense cape redressé sur sa tête. Il l’observait la paume de la main recouvrant le cul de la poignée de son épée.

« C’est ta première erreur. » Asmund grognait en écho approchant lentement de son apprentie. Un léger sourire au coin des lèvres. Le barbu avait l’impression de connaître la jeune femme depuis toujours. Il se souvenait de l’époque où sa grand-mère, respectable et notoire guerrière de son clan, le faisait déguerpir en seulement quelques minutes sous les yeux de sa petite fille. Lentement, délicatement, prudemment, il avançait sur la glace en direction de la jeune femme. La sérénité se lisait sur son visage malgré la distance qui séparait encore les deux kàvaliens. « Leçon numéro de la journée… Ne jamais laisser l'avantage du terrain a son adversaire »  Sans plus attendre, sans prévenir ni même crier garde. Il s’élançait dans sa direction l’arme à la main croisant le fer a plusieurs reprises avec sa lame. L’expérience du guerrier lui avait permis de prendre l’avantage de la distance et de l’allonge en seulement l’espace de quelques secondes tandis qu’il s’immobilisait en position de garde standard. Un sourire au coin des lèvres, le regard sérieux plongeant dans celui de Anrlë.

Seul la lame de son arme en plein milieu de son visage pouvait perturber le champ de vision de son amie. Il espérait bien profiter de cette séparation visuelle afin de lui faire perdre ses appuies. Si elle était une excellente gardienne dans les airs, il possédait un énorme doute quant à ses capacités à rester fermement sur ses pieds sur tout type de terrain. Une erreur fatale lors d’un affrontement a main armée.

Dans un véritable tête a tête avec la jeune brune, il jouait de sa distance pour lui tourner autour brandissant par moment son épée devant lui.
Revenir en haut Aller en bas



avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Garde volante

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Lun 2 Avr - 12:01


Le guerrier et la garde


Le lac glacé sous ses pieds, Anrlë savait à présent bien tenir debout dessus, même en faisant des gestes rapides. Au début, à peine essayait-elle de lever son épée qu'elle commençait à perdre l'équilibre. L'entraînement, il n'y avait vraiment rien de mieux pour trouver une tâche plus aisée. Le sourire aux lèvres, elle accueillait son maître avec une boutade. Du clan des montagnes, ils étaient deux êtres solitaires, sûrement pour cela qu'ils s'entendaient bien. Des histoires d'Asmund le guerrier durant l'époque de guerre, était déjà venu à ses oreilles, il avait tant perdu, comme toute à chacun quand les armes prédominaientl'esprit, mais à l'inverse des autres, c'était un homme qui avait survécu alors que tant avait péri autour de lui. Jamais, sa grand-mère ne s'était réellement remise de la guerre et elle ignorait si Asmund allait l'être un jour. Pour l'heure, ce n'était pas le moment de ressasser le passé, mais bien ce concentré sur l'instant présent.

« C’est ta première erreur. »

Sa première erreur ? Mais elle venait d'arriver, qu'est-ce qu'elle avait déjà fait de mal ? Mais surtout qu'est-ce qu'il lui préparait encore ? Anrlë n'en démordait jamais, malgré les coups, les chutes, elle se relevait toujours. Sa grand-mère lui avait enseigné ce courage, mais aussi cet instant de survi sans failles. Le guerrier avançait prudemment sur la glace, se retrouvant beaucoup moins léger qu'elle, donc courant forcement plus de risques. Sauf que la glace semblait très solide sur le lac. Le visage serein, Anrlë ne se méfiait nullement d'une action, cherchant encore à comprendre ce qu'avait été sa première erreur.

« Leçon numéro de la journée… Ne jamais laisser l'avantage du terrain a son adversaire »

Trop de réflexion, le cri d'Echo fut ce qui la poussa à lever son épée. Le dinosaure ayant remarqué l'attaque bien avant sa partenaire. La gardienne toujours impressionnée par la vitesse de son attaque, fut soulagée de le voir finalement s'immobiliser en position de garde. Là, un léger murmure s'échappa de ses lèvres :

 - Le guerrier des glaces !


Face à son regard sérieux, elle reprit contenance. Plus adepte de la défense que de l'attaque, il lui arrivait rarement de passer à l'action en première. L'entraînement repris de plus belle, il lui tournait autour, brandissant son épée, elle répondait avec la sienne, par simple défense. Se concentrant autant sur l'arme de son adversaire que ses pieds qui devait rester stoïque sur de la glace. Si le début, elle tenait la cadence, un petit mouvement trop arrière la fit tomber sur les fesses. Levant les yeux au ciel, elle annonça : 

- La première d'une longue lignée.

Là, elle roula sur le côté et toute en rattrapa son épée au passage, prit appui sur son genou pour pouvoir retourner sur ses deux pieds. Elle n'était peut-être pas aussi forte et rapide que lui, mais la souplesse était sa principale qualité quand elle combattait. Repositionnant son épée face à elle, Anrlë demanda : 

- Savoir se battre sur la glace est vraiment utile ?

AVENGEDINCHAINS


If you look into the distance, there's a house upon the hill. Guiding like a lighthouse to a place where you'll be safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way…i will leave the light on

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Lun 2 Avr - 19:15

Un large sourire se dessinait sur les lèvres du guerrier. Dès le début de cette séance d’entraînement il s’amusait de la maladresse de sa jeune apprentie. Sa lame d’acier fendant avec aisance l’air glacial qui soufflait au dessus du lac gelé de Gonorà. L’irritation crée par le froid lui lacérait doucement la peau à chaque fois que le vent soufflait sur son visage. Il laissait néanmoins son expression amusée faire surface sur les traits de son visage. « Savoir se battre sur la glace est vraiment utile ? » Asmund ne répondait pas à la question de la jeune femme. Un simple rictus s’échappait d’entre ses lèvres tandis que son épée fendait une nouvelle fois l’air. Il glissait, se baissait dans une souplesse qu’elle lui accorderait très certainement jamais et arrivait finalement dans le dos de la jeune brune. Un sourire au coin des lèvres, la pointe de sa lame effleurant délicatement sa colonne vertébrale.

« Tu représente a la fois la première et la dernière ligne de défense de notre peuple. » Il se remettait en garde face à elle pointant son arme sous son menton. Un sourire fier au coin des lèvres plongeant son regard dans celui de la gardienne volante. « Crois tu que la menace ne pourrais pas survenir en hiver ? » Doucement, Asmund penchait la tête sur le côté tentant de balayer sa jambe d’un seul revers de talon. En cas de nouvelle guerre, si l’ensemble des guerriers du peuple kàvalii ne revenaient jamais à leurs foyers. La garde volante était le dernier espoir de tenir la ville en cas d’attaque ennemie. Elle se devait de connaître toutes les spécificités du combat et les différentes réactions sur un terrain qu’elle n’avait pas l’habitude de côtoyer. Un sourire au coin des lèvres, il lançait son arme en direction de Anrlë et détachait sa grande cape. A présent, son visage barbu et recouvert de fines cicatrices était parfaitement visible aux yeux de la jeune gardienne. Son énorme main amputée d’un doigt se refermait sur le manche d’une hache de guerre du peuple trikana. Un sourire au coin des lèvres, il maniait cette arme fendant l’air de part et d’autre de sa propre tête.

« Savoir se battre sur terre, en mer et dans les airs n’est pas suffisant. Tu dois être capable de savoir te battre sur tout type de terrain et en toute conditions que mère nature nous offre. Soleil. Neige. Sécheresse. » Il s’élançait a nouveau dans sa direction feintant a de nombreuses reprises les coups de haches. Son but aujourd’hui était véritablement de s’attaquer aux points faibles de la jeune femme et il le savait… Elle était loin d’être une artiste sur la glace. Un sourire au coin des lèvres, il plantait simplement la hache dans la glace envoyant sa jambe en direction de l’arrière du genou de Anrlë. « NE T’EFFONDRE PAS. »
Revenir en haut Aller en bas



avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Garde volante

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Lun 2 Avr - 20:52


Le guerrier et la garde


Le sourire du guerrier n'était jamais aussi grand qu'une arme à la main. C'était comme si son sang lui-même le poussait à se battre. Asmund avait été battit dans une époque forgée par la guerre, un guerrier d'un temps révolu certains disaient, tandis que d'autres comme sa grand-mère disait simplement qu'une grosse brute pouvait toujours être utile, tel un T-rex contre une proie. Souvent, elle ajoutait sans cervelle, mais Anrlë ne le voyait pas ainsi. Son maître d'armes avait encore beaucoup à apporter au clan des montagnes, grâce à lui, elle avait appris à se battre, bien sûr, elle n'excellait pas à son niveau, mais elle serait faire face à des ennemis. Asmund lui avait permis d'être une meilleure gardienne. L'entraînement sur la glace continuait et la jeune femme vint à lui demander ouvertement si cela lui serait vraiment utile. Oui, elle ne s'imaginait pas combattre sur le lac, à vrai dire. Les airs étaient bien plus son domaine. Pour toute réponse, il se mit à glisser pour finalement se retrouver dans son dos, pour y pointer son épée.

« Tu représente a la fois la première et la dernière ligne de défense de notre peuple. Crois tu que la menace ne pourrais pas survenir en hiver ? »

Tout en parlant, il s'était replacé devant elle. Anrlë avait gardé son épée bien en main et vint seulement à répondre d'un avis stratégique : 

- Il serait idiot d'attaquer le clan de la montagne en hiver, nous sommes le peuple qui serait le mieux survivre en cette saison et connaissons le mieux cet environnement. 

Il ne fallait pas oublier que lors de traiter de paix, elle n'avait que neuf ans. La Kàvalii n'avait pas connu les champs de bataille et ayant été élever à l'écart du village, elle n'entendit guère parler des combats court. Sa grand-mère favorisant l'enseignement de la survie en haute montagne, le seul lieu qui pour elle, personnes ne viendraient les chercher, mais ce n'était pas le style d'Anrlë d'aller se cacher. D'un coup, ses pensées furent interrompues par l'envoi de son épée. Qu'est-ce qu'il fabriquait ? Sans se faire prier, elle prit la deuxième épée en main et son regard vint à s'arrondir en lui voyant détacher sa cape, mais surtout sorti une énorme hache. "Je vais mourir" fut sa pensée immédiate.

« Savoir se battre sur terre, en mer et dans les airs n’est pas suffisant. Tu dois être capable de savoir te battre sur tout type de terrain et en toute conditions que mère nature nous offre. Soleil. Neige. Sécheresse. »

La mère nature, un élément important pour tout son peuple. C'était elle qui déterminait leurs survies, elle qui leur permettait au final de vivre parmi ses merveilles et ses dangers. Les deux épées bien en main, elle échappait un coup de hache de son assaillant. Au moins, la glace avait l'avantage de lui faire gagner en vitesse, par forcément en équilibre, elle pouvait le reconnaître. D'un coup, la hache se planta à ses pieds, son visage vint à révéler sa surprise et son coup de jambe vint à faire flancher son genou.

« NE T’EFFONDRE PAS. »

Même si son genou avait collé le lac glacé, Anrlë ne s'était pas totalement étalé, non à la place elle avait réussi à faire volt-face et tourner sur elle-même, d'une épée, elle s'aida à se relever, tandis qu'avec l'autre, elle attaqua son maître d'armes, tout en disant : 

- Je ne suis pas certaine que crier soit vraiment utile ! 

L'âme pacifique, le tempérament calme. Anrlë n'était pas l'adepte de crier pour parvenir à ses fins et ne se priait pas de le dire. Finalement, même si elle avait bien réussi à relever ce défi, la suite fut plus compliquée. S'emmêlant légèrement les mouvements pieds, elle se retrouva à propulser sur Asmund. Se mordant légèrement les lèvres, elle annonça d'une légère moue tout en se détachant du guerrier : 

- Je sais dans un vrai combat je serai morte ou cela aurait pu le surprendre non ?


Son regard reflétait son innocence. Apprendre à se battre ne voulait pas dire qu'elle favoriserait l'épée à une parole sage. Cela était simplement impensable, mais pour son peuple, si elle se devait de verser le sang, elle le ferait, en tout cas, elle espérait pouvoir le faire. Là d'un air plus pensif, baissant sa garde, preuve qu'elle arrêtait l'entraînement, elle demanda : 

- Comment s'est d'ôter une vie ?

AVENGEDINCHAINS


If you look into the distance, there's a house upon the hill. Guiding like a lighthouse to a place where you'll be safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way…i will leave the light on

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Lun 2 Avr - 21:55


Les températures hivernales n’empêchaient aucunement le guerrier d’exécuter à la perfection ses mouvements. Ces techniques lui avaient permises de rester envie de nombreuses fois lors des sanglants affrontements qui avaient eue lieu durant la guerre des clans. Un sourire satisfait à présent au coin des lèvres, il observait le brune faire volte-face et prendre appuie avec ses armes pour se remettre en position avant de l’attaquer. Asmund ne se sentait jamais autant dans son élément que lorsqu’il croisait le fer avec une personne. « Je ne suis pas certaine que crier soit vraiment utile ! » A présent il comprenait mieux. Il voyait pourquoi malgré ses prédispositions pour le combat, la jeune femme était parfaite dans les rangs de la garde volante. Elle n’avait pas l’âme d’une guerrière malgré le sang qui s’écoulait dans ses veines.
« Dans un véritable combat… Tu serais déjà morte… » Soufflait-il entre ses dents serrées. Il s’éloignait lentement de son apprentie lui faisant signe de reprendre l’entraînement. Le manche de sa hache virevoltant dans l’air et sifflant au coin de ses oreilles à chaque passage de sa lame a quelques centimètres de ses tympans. Un air songeur sur le visage, observant patiemment la position de combat de son apprentie et réfléchissant à la prochaine manière de lui faire enregistrée son mouvement ainsi que ses conséquences lors d’une rencontre armée face à un homme prêt à tuer. Tel était la véritable clé pour remporter un combat selon lui.
Le maniement de la lame et ses différentes techniques de frappes était loin d’être suffisantes pour le guerrier. A ses yeux, la capacité à sortir vivant d’un affrontement réside dans le fait d’avoir les capacités intellectuelles suffisamment poussés pour mettre ses émotions de côtés. La véritable force d’un guerrier réside dans le fait de savoir accepter la mort à bras ouvert. Lorsque sa garde tombait, il arqué un sourcil plantant avec violence sa hache dans le sol. Il était prêt à rugir que l’entraînement n’était pas terminé s’il n’en donnait pas l’ordre ou la consigne. « Comment s’est d’ôter une vie ? » Il restait cependant silencieux face à elle.

Une main passait dans sa barbe, ses yeux se perdaient dans le vide de la glace reflétant les nuages qui parcouraient le ciel en cette journée glaciale de l’hiver. Sous ses doigts il pouvait sentir les cicatrices que son épais pelage dissimulait. Il les effleurait délicatement doigt après doigt. Le pouce caressait celles qui avaient pris leurs marques au niveau de son menton. Son index effleurait la base des deux énormes qui parcouraient le côté de son crâne tandis que son majeur sentait celles qui se dissimulaient le long de sa mâchoire. Quand à son annulaire, il ne sentait absolument rien. Une sensation de vide, celle la même qu’il avait ressenti la dernière fois qu’il avait ôter une vie lors de la grande guerre. Asmund respirait doucement approchant de la jeune femme avec lenteur. Il se doutait que cette question finirait par lui atterrir en plein visage. Il s’était préparé à cette situation. Son visage était à présent neutre. Il n’affichait aucune expression tandis qu’il attrapait l’arme de la jeune femme par la lame. Son énorme main déjà tailladée par les rituels de sang se refermant avec plus de force et poigne.
« Sur le coup… On n’a pas l’occasion d’y réfléchir. Ni même d’en ressentir la moindre sensation… sauf… » Il sentait déjà le liquide poisseux et chaud s’extirper de la paume de sa main. Sa poigne forçait son apprentie à se défaire de son arme qu’il attrapait par le manche de son autre main amputée, scarifiée, défigurée par la perte de son doigt. Le liquide rougeâtre s’écoulait doucement de la lame pour venir offrir une teinte étrange à la glace bleuâtre du lac de Gonorà. « Le sang… Chaud… Poisseux... » Le guerrier plongeait son regard dans celui de la jeune femme. Seul ses yeux affichaient une expression, les démons du passé ressurgissaient et les images de la grande guerre pouvaient s’y lire aisément. Elle pouvait y lire les lames qui tailladaient les chairs avant de pénétrer l’organisme de l’ennemi. Les gorges ensanglantées éclaboussant le visage. Le fracas des corps inanimés s’écroulant au sol.

Asmund laissait la lame ensanglantée glisser dans la paume de sa main avant de la brandir face à lui. Les quatre éléments décideraient de son sort en l’espace de quelques secondes. Les yeux rivés dans ceux de la jeune garde. L’intonation de sa voix était inexpressive tandis qu’il entendait les gouttes de sang venir faire un poc sur la glace. L’extrémité de la lame s’enfonçant dans celle-ci avant qu’il ne dessine deux bandes ensanglantées sur son visage. Le rituel de sang. « Il nous souille… Puis après viens l’odeur… Elle prend à la gorge. Elle monte à la tête. Elle enivre. » Lentement, il approchait de la jeune femme. Le visage fermé d’expression déposant quelques gouttes de sang sur celui de la gardienne. La main ouverte laissant l’odeur prendre possession de ses narines. « Puis plus rien… » Quelques instants plus tard il éloignait sa main reculant lentement de l’espace vital de la jeune femme. « Juste ta lame… souillée du tiens et celui de ta victime… » Il ôtait la lame de la glace brandissant celle-ci sous le nez de la jeune gardienne lui laissant observer le mélange de glace fondue et sang a son extrémité. « Seul la fierté d’être victorieux et le plaisir d’être le dernier homme debout. »
Revenir en haut Aller en bas



avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Garde volante

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Mar 3 Avr - 18:53


Le guerrier et la garde


Ils auraient encore pu passer du temps à s'entraîner, à continuer cet échange sur le lac glacé, mais Anrlë se retrouvait submergée par une question. Tuer . Était-il simple d'ôter une vie ? Jamais, elle n'avait versé le sang de par son épée, la gardienne avait pris cette charge dans une époque de paix et se retrouvait donc différente de ceux qui avaient connu les années de guerre. L'âme pacifique, elle savait que pour son peuple, elle devrait être capable de tuer, mais qu'est-ce qu'elle ressentirait en le faisan ? Surement était-ce une question très personnelle, mais il n'y avait pas mieux qu'Asmund pour lui répondre. Le silence s'installa, sûrement que la question avait dû le surprendre. Elle put l'observer toucher ses cicatrices, ses traces de son histoire, ses vestiges de son ancienne vie, peut-être encore trop présente dans son esprit. Une certaine tension s'empara d'Anrlë en le voyant s'approcher lentement, ne sachant pas du tout ce qu'il allait faire. D'un visage neutre, il vint à s'approcher de sa lame pour la serrer. À ce moment précis, le coeur de la garde volante se serra.

« Sur le coup… On n’a pas l’occasion d’y réfléchir. Ni même d’en ressentir la moindre sensation… sauf… Le sang… Chaud… Poisseux... »

Le sang s'écoulait de sa main, tandis qu'il venait à récupérer son arme. Elle restait silencieuse, observant et surtout s'imprégnant de ce qu'il voulait lui enseigner à ce moment précis. Suivant les gouttes de rougeâtre s'écouler sur la glace à leurs pieds. Elle n'arrivait pas à être à l'aise. Finalement, elle croisa son regard et fut parcourue d'un frisson. Tant de choses s'exprimaient dans ses yeux. Son épée plantée dans la glace, il vint à mettre deux bandes de sang sur son visage.

« Il nous souille… Puis après viens l’odeur… Elle prend à la gorge. Elle monte à la tête. Elle enivre.»

Anrlë ne voulait pas qu'il l'approche, pas qu'il lui dépose du sang sur visage et pourtant, elle restait figée, cherchant à comprendre ce qu'il ressentait sans parvenir à le faire pourtant. Ressentir ses gouttes de sang sur le visage ne l'enivra pas et l'odeur vint plutôt à lui nuer l'estomac. C'était une coutume, un rituel dont elle avait entendu parler, mais ne s'en sentait pas forcément proche, ni même digne. Anrlë voulait savoir se battre, savoir défendre son peuple, mais avoir l'esprit d'une guerrière non.

« Puis plus rien… Juste ta lame… souillée du tiens et celui de ta victime…Seul la fierté d’être victorieux et le plaisir d’être le dernier homme debout. »

Elle souffla un grand coup quand il s'éloigna, n'ayant même pas remarqué qu'elle s'était arrêté de respirer à son approche. Le sang semblait le fasciner, mais elle tout ce qu'elle voyait, c'était la perte de ce liquide. D'après ce qu'elle comprenait, c'était qu'une fois la personne morte, on ne ressentait plus rien, simplement la fierté d'être victorieux, d'avoir triomphé. Là, enfin, elle ouvrit la bouche pour dire : 

- Je comprends mieux ma grand-mère quand elle m'a enseigné que le sang n'appelait que le sang. 


En vue de ses paroles, cela semblait être le but recherché, versé le sang pour triompher. Était-ce cela les enjeux de la guerre ? Ils n'avaient combattu que pour finalement s'exterminer, comme si cela était normal de s'entretuer, tel un duel pour prouver quel clan était le plus fort. N'osant pas toucher son visage, Anrlë vint à dire ce qu'elle pensait, comme elle le faisait toujours. Asmund lui avait répondu, mais elle trouvait la réponse pas suffisante, ce n'était pas possible qu'il ne puisse ressentir rien d'autre ou était l'humain là-dedans ?

- Tu ne penses jamais aux vies que tu as prises...ils n'étaient pas différent de toi, des guerriers qui défendaient leur clan. Ils avaient des proches, ils étaient aimé et de par ton épée, tu les as arrachés de cette terre. 

Elle ne voulait pas le juger, seulement comprendre, savoir ce qui pourrait l'attendre un jour. De par ses paroles, cela semblait plutôt assez facile de tuer, tant que tu triomphais. 

- Serait-il si simple de tuer sans penser à tout cela ? De les oublier ?


AVENGEDINCHAINS


If you look into the distance, there's a house upon the hill. Guiding like a lighthouse to a place where you'll be safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way…i will leave the light on

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Mar 3 Avr - 20:08

Le regard du guerrier se perdait sur l’extrémité de sa lame. L’acier était recouvert d’une épaisse mélasse rougeâtre. Un mélange atypique entre la fine pellicule de poudreuse au sol, l’épaisse glace hivernale et le sang poisseux qui s’écoulait de la paume de sa main ensanglantée. Au coin de ses lèvres, un sourire se dessinait finalement mais son visage n’affichait aucunement une expression joyeuse. Au contraire, son expression faciale faisait froid dans le dos. Il était possible d’y lire un mélange de mélancolie, rancœur et satisfaction entre ses lèvres et l’angle de ses sourcils. « Je comprend mieux ma grand-mère quand elle m’a enseigné que le sang n’appelait que le sang »
A cette simple phrase, il inclinait légèrement la tête observant la paume de sa main scarifiée. Se pourrait-elle que sa grand-mère ait raison ? Jamais Asmund n’oserait mettre sa parole en doute. La renommée de celle-ci n’était plus à refaire malgré les années qui s’étaient écoulées d’une grande lenteur. Le guerrier aux cicatrices n’avait absolument pas la même vision des choses que la grand-mère de sa jeune apprentie. A vrai dire, il n’avait pas réellement la même vision que celle de son apprentie. « Tu ne penses jamais aux vies que tu as prises… Il n’était pas différent de toi. » Un léger rictus s’échappait d’entre ses lèvres tandis qu’une grimace déformait son visage. La jeune femme entrait sur un terrain glissant dont elle n’avait aucune connaissance. Il avançait doucement vers ses affaires à même le sol du lac et sans dire un mot il s’installait sur le tronc d’un arbre abattu par le vent. Les doigts fouillant à l’intérieur d’une besace en peau de loup. « Serait-il si simple de tuer sans penser à tout cela ? De les oublier ? »

Sans dire un seul mot, il lui lançait une fève de danheimier entre les mains. Il continuait son entraînement d’une manière différente avec sa jeune apprentie. Aujourd’hui, elle ne semblait pas spécialement intéressée par la mise en pratique mais par l’aspect théorique. Elle reconnaîtrait très certainement ce qu’il lui glissait entre les mains et ses vertus au combat au cœur de températures extrêmes. Silencieusement, il croquait dans la sienne enfonçant son coude dans sa cuisse. Le regard se perdant une nouvelle fois dans le vide de la glace blanche. Il n’avait aucune idée du temps qui s’écoulait entre chacun de ses crocs. Son visage était à nouveau neutre d’expression. Une nouvelle fois dans ses yeux, il était possible de voir à travers son regard. Un regard à faire froid dans le dos malgré son manque d’expression.
Les cadavres qui s’amoncelaient aux pieds des guerriers tandis qu’ils perçaient les lignes défensives les unes après les autres. Les corps inertes à l’article de la mort qu’il traînait derrière lui lorsqu’ils se repliaient après une sévère défaite. Les innombrables tombes ouvertes que lui et son frère d’arme Aslan creusaient pour leurs frères, amis, compagnons mais aussi ennemis. Asmund inspirait profondément, la nuque raidie par la réflexion ou pas le froid. Il ne saurait le dire mais ses yeux se posaient à présent sur le visage de la jeune femme. Ses doigts jouant avec la paume de sa main entaillée, ensanglantée par sa lame d’acier plus tôt.

« On oublie jamais réellement l’honneur que l’on fait à un guerrier lorsqu’on lui ôte la vie. On ne le regrette pas pour autant… Je n’ai pas eu cette chance. Je n’ai pas eu l’honneur de m’effondrer au combat et rejoindre les Helvegnanda comme nombre de mes frères… Si je ne meurs pas au combat. Nilvar n’accepteras jamais mon ascension. » L’intonation de sa voix était monocorde mais pourtant pleine d’émotion. Le revers de sa main ensanglantée passait sous son nez tandis qu’il inspirait profondément son regard se détournant lentement à travers la brume. Il observait Halganda, le plus haut sommet des montagnes et l’accès aux Helvegnanda. L’ultime chance de se voir offrir une vie d’abondance et de paix auprès de ses frères d’armes, ses compagnons mort aux combats festoyant en compagnie du légendaire Nilvar et ses compagnons. Un léger rictus s’échappait a nouveau d’entre ses lèvres tandis qu’il serrait les dents de rage. Ses poings se refermant avec violence laissant ses veines et cicatrices ressortir le long de ses bras. La respiration profonde enfonçant ses coudes plus lourdement. « Pose toi plutôt la question… Que serait tu prêtes à faire pour accéder à une vie d’abondance et de paix lorsque ton destin était de mourir bravement au combat ? » Il se levait subitement plantant une nouvelle fois avec férocité sa lame dans le sol avançant de plusieurs mètres. Les muscles tremblant, les lèvres serrées et le regard rougis en direction de la montagne. « Ils m’empêchent de rejoindre leurs rangs. J’en ignore les raisons et ils ne m’envoient aucun signe ! » L’intonation de sa voix s’était décuplée jusqu'à résonnait en échos dans les montagnes grognant plus faiblement entre ses dents « Aucun… signe »
Revenir en haut Aller en bas



avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Garde volante

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Mer 4 Avr - 19:02


Le guerrier et la garde


L'entraînement était fini, un autre enseignement commençait. N'avait pas l'âme de guerrier, tous ceux qui savaient brandir une épée, c'était bien plus complexe que cela. Anrlë savait se battre, mais ses pensées étaient tournées vers la paix, une paix qu'elle se voulait durable. Voilà pourquoi cela la tiraillait de l'intérieur de savoir quel impact aurait de tuer sur elle. Une question que toute personne qui se prépare à lutter devrait se poser. Serait-elle assez forte pour le faire ? Viendrait telle à verser le sang pour de bonnes raisons ? Mais surtout arriverait-elle à évincer cela dans son esprit, comme elle semblait le comprendre des dires d'Asmund. D'un coup, il lui lança une fève qu'elle rattrapa. Des similaires, elle en avait déjà vu sans réellement savoir sa signification. Sa grand-mère avait bien fait exprès de l'élever à l'écart, favorisant l'étude des montagnes, des plantes, des dinosaures, mais aussi lui faisant apprendre par coeur les actions à mener en cas de tempêtes de neige ou les meilleures cachettes dans les montagnes. Une vie à la dure, mais pas une vie bercée par les légendes des grands guerriers. Mënel avait fait une croix sur cette vie qui lui avait trop pris. Tout son enseignement restait sur les principes de mère-nature, sur le fait que les hommes n'étaient rien et que la terre était tout et se devait d'être respecté.

Observant la fève plus intensément, elle resta debout alors qu'il s'était installé sur un tronc d'arbre abattu par le vent. Le silence s'installait, enfin la nature émettait toujours des bruits qu'elle trouvait rassurant, mais aucun des deux ne parlaient. Finalement, il vint à dire :

« On oublie jamais réellement l’honneur que l’on fait à un guerrier lorsqu’on lui ôte la vie. On ne le regrette pas pour autant… Je n’ai pas eu cette chance. Je n’ai pas eu l’honneur de m’effondrer au combat et rejoindre les Helvegnanda comme nombre de mes frères… Si je ne meurs pas au combat. Nilvar n’accepteras jamais mon ascension. »

Elle avait pu sentir l'émotion qui émanait de sa voix. Son coeur vint à se remplir de compassion. Tuer avec honneur pour l'envoyer dans une mort prospère, c'était une belle image, une bonne raison de se battre et de verser son sang en sachant ce qui t'attendait ensuite, mais elle avait beau être très naïve, là, cette histoire était trop lointaine de ses propres valeurs. La colère semblait s'emparer de lui, faisant reculer la jeune garde de quelques pas.

« Pose toi plutôt la question… Que serait tu prêtes à faire pour accéder à une vie d’abondance et de paix lorsque ton destin était de mourir bravement au combat ? »

Il s'était levé, Anrlë aurait voulu pouvoir le rassurer. Mais que dire ? Elle pouvait comprendre son déchirement, surtout s'il était convaincu de cette légende. Bien sûr, si elle avait été bercer dans ce fléau qu'était la guerre, il lui aurait été plus simple de trouver un but de prendre des vies. C'était beau de se dire que la personne mourrait de ta main rejoignait un monde meilleur, moins besoins de penser à ce qu'il laissait derrière elle vue la vie d'abondance qui l'attendait. Le silence fut finalement sa décision.

« Ils m’empêchent de rejoindre leurs rangs. J’en ignore les raisons et ils ne m’envoient aucun signe ! Aucun… signe »

Son regard vint à observer la montagne porteuse de cette histoire. Asmund avait vu ses frères mourir, des frères qu'il imaginait festoyer là-haut, pendant qu'il attendait son tour de mourir avec honneur. Passant une de ces mèches de ses cheveux derrière son oreille, Anrlë annonça d'une voix douce : 

- Ils ont peut-être d'autres desseins pour toi. Tu es la mémoire de tes frères, le rappel de la guerre qui nous serait plus simple d'oublier. 


Des guerriers à l'image d'Asmund, il n'y en avait pas tant que ça dans le clan des montagnes. En tout cas, les autres avaient sûrement réussi à reprendre leur vie en main et être en accord avec les idéaux du grand sage. Se posant près de lui, elle ajouta :

- Un jour, tu les rejoindras... mais pas moi.

Si Helvegnanda existait vraiment, Asmund y aurait sa place sans aucun doute, mais elle non. Ses croyances étaient autres, ce qui les rendait très différents.

- J'aimerais pouvoir me dire que tuer est un honneur, mais je ne le vois pas ainsi. Je ne veux pas d'une après-vie d'abondance ou de paix, je veux que la paix perdure ici-même. Qu'on m'enterre et que de mon corps, la vie reprenne sous une autre forme où je continuerai à servir notre mère à tous.
AVENGEDINCHAINS


If you look into the distance, there's a house upon the hill. Guiding like a lighthouse to a place where you'll be safe to feel at grace 'cause we've all made mistakes. If you've lost your way…i will leave the light on

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   Jeu 5 Avr - 20:43

« La paix… » Sous son épaisse barbe de plusieurs semaines, un rictus moqueur s’échappait d’entre ses lèvres serrées. Le regard vide d’expression perdant sa vision au loin sur le sommet enneigé de la montagne Halganda. Une main abîmée passait dans sa barbe quelques instants avant que ses énormes bras ne viennent se croiser sur sa poitrine. Nul ne pouvait nier l’implication du peuple kàvalii dans la signature du traité de paix qui avait enfin réuni les quatre clans sous la même bannière. Le grand sage qui dirigeait les montagnards avait instauré celle-ci alors que la philosophie des kàvaliens était déjà connue de tous. Néanmoins, depuis la fin de cette guerre qui avait vu les différentes civilisations de cette planète se mettre à mort. L’immense kàvalien n’arrivait plus à voir sa place dans sa propre société. Qui était-il mis à part un homme au physique aussi lacéré que son esprit ? Un homme aspirant à une véritable paix auprès de ceux qui avaient mis leurs vies en jeu à ses côtés. Qu’étais-ce que la paix lorsque l’on ne saurais la savourer en compagnie de ceux qui s’était battu pour l’obtenir. Le regard du guerrier se dirigeait à présent vers Daenor. Lui, il n’avait jamais réussi à rebondir de cette guerre à laquelle il avait participé avec une immense fierté. Nombreux étaient ses compagnons d’armes encore en vie à avoir réussi à rebondir mais pas Asmund.
Silencieusement, sans daigner attention à la jeune brune à ses côtés, il avançait sur le lac en direction de son vêtement qui gisait inerte sur la glace. On n’oublie jamais réellement les horreurs que l’on a vues sur le champ de bataille. Les cadavres qui s’amoncèlent par dizaines. L’odeur acre du sang prenant à la gorge. Les plaintes et râles des guerriers blessés résonnant en écho. Le ciel grisâtre de mère nature attristée de voir ses enfants kàvalii mourir par dizaines. Après avoir rattaché ses armes acérées à son attirail, il détournait le regard vers son apprentie. « Ne crois pas que nous ne servons pas notre mère... C’est elle qui nous choisi au berceau. Elle qui nous guide jusque notre tombe. Elle pour qui nous offrons en sacrifice notre sang afin d’apaiser sa douleur. Notre mère qui juge de notre redemption lorsque nous retournons a elle. Elle nous offre ou non l’accès direct au royaume de Nilvar… Helvegnanda. » Il se retournait doucement en direction de son apprentie d’armes, harnachant ses lames correctement. Son regard était vide d’émotion malgré un sourire triste dessiner sous sa barbe. Les traits de son visage était incompréhensible, une expression différente l’animer tandis qu’il approchait doucement d’elle. « Tu ne te poses pas encore les bonnes questions, laerling. Tu n’es pas encore prête. » Asmund s’avançait doucement approchant lentement son visage du sien pour venir poser un regard intense dans les yeux de son apprentie. Les dents serrées grognant faiblement d’une voix profonde et lourde. « As-tu déjà seulement regarder la mort droit dans les yeux ? As tu seulement entendu sa voix susurrer à ton oreilles ? L'as tu réellement vu tendre sa main vers toi ? »
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le guerrier et la garde Feat Asmund   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le guerrier et la garde Feat Asmund

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Farin champion d'erebor
» Coucou le zoo, FIFA débarque, prends garde ! - Feat Cinzia
» Garde de la Citadelle a cheval.
» Dar''Khan [Guerrier & Garde d''Aetherya]
» Garde impériale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exodus ::  :: Archives :: RPS Terminés-