lienlien
Bienvenue sur Exodus !

Esrä ☼ She comes on like a rose and everybody knows, you can look but you better not touch !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Bienvenue,

le forum est à nouveau ouvert.

 

 Esrä ☼ She comes on like a rose and everybody knows, you can look but you better not touch !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
₪ Aventures : 76
₪ Emploi : Vendeuse de poisons et de parfums

Feuille de survie
₪ Inventaire:
Jeu 15 Mar - 22:16

Esrä
QUALITE/DEFAUT
Séductrice
Capricieuse
Rêveuse
Vaniteuse
Immature
Paresseuse
QUALITE/DEFAUT
QUALITE/DEFAUT

Caractère & Physique
Si enfant Esrä était une petite fille sage et dévouée, les années la changèrent en jeune femme capricieuse, sotte et immature !

Dernière et seule héritière des pratiques ancestrales de sa famille, Esrä fuit toute forme de responsabilité, et ne prend généralement aucune décision pour personne, hormis lorsqu'il s'agit de défendre ses propres intérêts comme tout bon commerçant Rajahòr sait le faire ! La langue toujours bien pendue, elle ne peut s'empêcher de donner son opinion sur tout et n'importe quels sujets, y compris ceux dont elle ne maitrise absolument pas la contenance. Piquante et dotée d'un humour sarcastique, Esrä est plus intelligente qu'elle ne le laisse penser aux premiers abords, une finesse d'esprit cachée derrière un voile de dédain et un orgueil extrêmement mal placé.

Monstre d'égoïsme et d'une oisiveté à toute épreuve, vous la verrez très vite disparaitre dés qu'une tache, jugée trop ingrate, lui est assignée. Que pourrait-elle soulever à la force de ses faibles bras ? Vraiment, sa contribution aux travaux de la communauté n'est, selon ses dires, qu'une perte de temps pour tous !

La demoiselle n'en demeure pas moins obstinée quand il le faut et fera tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir ce qu'elle veut, par tous les moyens possibles, sans se soucier des conséquences, même si ces dernières peuvent blesser les personnes qui lui sont chers. Car Esrä possède une qualité et sait l'utiliser de manière outrancière : sa beauté ! Un charme ensorcelant à qui l'on pardonne tout ou presque !

Ses longs cheveux ébènes, sa peau halée, ses lèvres charnues et rosées pareilles à un bouton de fleur, son sourire enjôleur, son regard noir et pénétrant, les formes voluptueuses de son corps sublime font d'Esrä l'une des belles femmes de son clan. Une beauté naturelle qu'elle entretient, scrutant le moindre défaut dans le reflet de son miroir à main, traquant les premiers signes de l'âge qui entamerait sa lente descente vers la décrépitude, la honte et l'agonie. La vanité a un prix : l’altération de l'esprit et la solitude.

Esrä n'est pas une guerrière, elle n'a jamais appris à se battre ou à manier une arme, elle sait cependant qu'une seule coupure d'une dague imprégnée de poison suffit à abattre le plus farouche des combattants.

Trop choyée, trop gâtée, la membre du clan Rajahòr n'a jamais manqué de rien et même si son mode de vie peut paraitre rude, voyageant d'un village à un autre à travers le désert et ses dangers, elle n'a jamais imaginé quitter les siens pour la promesse d’une vie sédentaire. Qui à part eux se soucierait d'elle et accepterait ses caprices d'enfant ? En dehors de ses repères et de ses gardiens, c'est la mort qui l'attend !
| 32 ans -Rajahòr - Vendeuse de poisons et de parfums |

Mon histoire

Le soleil immense et brûlant étendait ses puissants rayons à travers le ciel infini, partageant avec la terre sa chaleur, source de toutes choses. Cet astre aux pouvoirs miraculeux apportait lumière, croissance et joie sur cette planète et le clan Rajàhor le vénérait depuis la nuit des temps. Sans lui, nul désert aride pour voyager à l'abri des ennemis les plus féroces incapables d'y survivre, nul oasis enchantés mêlant végétation luxuriante et source d'eau fraiche purifiante promesses d'une vie simple et protégée, paradis intemporel tenu à l'écart des violentes tempêtes de sable.

Depuis toujours, le soleil était l'allié du peuple du désert et l'Oasis d'Osadii était leur sanctuaire ! C'était là qu'ils vivaient les quelques mois où leurs caravanes ne s'aventuraient pas sur les dunes. C'était aussi là, derrière ces remparts géants qu'ils mettaient leurs familles à l'abri au plus fort de la guerre des clans.

Esrä, comme tout son peuple, naquit durant cette guerre sans fin. Une guerre qui les avait épargné eux plus que d'autres, et dont les Rajàhor, commerçants pragmatiques, avaient su tirer avantage, mais une guerre tout de même, avec ses blessés, ses morts et ses familles endeuillées. La famille d'Esrä, elle, était plutôt chanceuse, de tout ses cousins, cousines, oncles et tantes, seule une poignée d'entre eux avait appris l'art de manier les armes pour devenir guerriers. La plus part exploitaient les mines d'Andrasite au sud et hormis quelques échauffourées avec les Orcitans, aucun membre n'était à déplorer pour le moment. Quant aux parents de la fillette, ils participaient à l'effort de guerre à leur manière.

Héritier des anciens empoisonneurs Rajàr', le père d'Esrä s'était perfectionné depuis tout jeune dans l'art du poison, créant des armes mortelles, paralysantes ou hallucinogènes selon les besoins des guerriers sur le terrain. Les ingrédients n'étaient pas difficiles à trouver, leur terre regorgeait de serpents, de scorpions et de plantes aux propriétés toxiques, inutile d'aller bien loin. Plus tard, son épouse embrassa elle aussi le métier. Ensemble ils travaillèrent d'arrache-pied afin de faire prospérer leurs affaires, devenant peu à peu l'une des familles les plus riches et respectées de leur clan. C'est ainsi que la petite Esrä et son grand frère Naajek grandirent au milieu des potions, poudres et autres décoctions confectionnés par leurs parents. Leur mère, sévère mais juste, profitait de chaque occasion pour enseigner son art à ses enfants de sorte que plus tard ils reprennent le flambeau du commerce familiale. Sage et vive d'esprit, aux côtés de sa mère, Esrä était une élève accomplie. A l'âge de douze ans, elle maitrisait déjà les nombreuses étapes : mélanges, cuissons et broyages à effectuer selon le type de produit utilisé et n'ignorait pas les effets de chacun sur le corps humain. Ses parents se félicitaient de son assiduité, la petite arpentait un chemin tout tracé !

Hélas, les jours de bonheur étaient comptés. Une terrible épreuve frappa Esrä et sa famille. Une erreur lors de la confection d'une nouvelle poudre toxique, préparée à base de plantes rares d'autres contrées, empoisonna sa mère qui mourut dans d’atroces souffrances sous le regard impuissant de la meilleure guérisseuse du clan. Son calvaire dura prés d'une semaine avant qu'elle ne s'éteigne dans les bras de son époux inconsolable. Ce fut un véritable traumatisme pour Esrä et son frère qui, préservés de tout, n'avaient jamais connu pareil malheur. La petite fille se mura dans le silence, incapable d'affronter cette cruelle réalité et petit à petit son cœur se durcit. Lentement le poison de la tristesse et de l'amertume gagna son âme changeant à jamais son caractère.

Pour combler le manque, son frère et son père commencèrent à la choyer plus que de raisons. Compatissants, les membres du clan prirent tour à tour la petite fille sous leurs ailes. Les marchands lui ramenaient des présents pour la consoler, les femmes avaient toujours un mot gentil pour lui voler un sourire, les autres familles déchargeaient la sienne de certaines taches malgré la guerre. Un élan de solidarité ordinaire chez les Rajàhor mais qui modifia considérablement la vision du monde à travers les yeux de la fillette.

En effet, avec le temps, Esrä changea. Imperceptiblement, les présents et les attentions devinrent des substitues à sa peine. En grandissant, sa beauté se révéla et elle apprit à user de cette dernière comme d'une arme, charmant ses voisins pour continuer à obtenir des choses sans contre partie. La petite fille malheureuse se transforma en adolescente capricieuse, gâtée et hargneuse.

Soucieux de son bien-être, en voyant ce qu'elle était devenue, son père tenta de reprendre en main son éducation, en vain. Esrä ne voulait plus entendre parler de l'artisanat familial. Plus de fioles de venins mortels, plus de poudres toxiques vouées à bruler un visage, à dévaster la chaire, à dévorer les vicaires...Elle tourna le dos à son héritage avec dédain sans avouer la peur qui la tenaillait au corps : la peur de devoir un jour manier à nouveau ces armes funestes.

Inutile en tant qu'empoisonneuse, son père parvint tout de même à lui trouver un rôle au sein de leur communauté. Il l'emmena sur les marchés avec lui pour vendre leurs produits. Très vite, la vente se révéla être un talent inné chez elle, ses sourires enjôleurs aidant à attirer les regards des étrangers sur leur stand. Sa beauté et la façon dont elle s'en servait lui valurent cependant quelques ennuies, en effet, à dix-sept ans, un étranger, envouté par les charmes qu'elle déployait, enleva Esrä en plein marché. Heureusement, la jeune femme fut retrouvée rapidement saine et sauve par les puissants guerriers Rajahòr qui émasculèrent sans cérémonie l'homme qui avait osé poser la main sur l'une des leurs.

Cet évènement ne fut pas anodin, il changea considérablement le regard que porta le clan sur Esrä. Elle n'était plus la jeune fille triste qu'ils devaient protéger, elle était devenue un problème, une jeune femme trop gâtée qui attirait les ennuies par son attitude désinvolte et aguicheuse. Sa paresse et son manque d'implication dans la vie de la communauté fut pointée du doigt et beaucoup de parents prenaient son cas pour le mauvais exemple à ne surtout pas suivre pour l'éducation de leur progéniture. Ses oncles et ses tantes ne détournèrent d'elle, s'éloignant par la même occasion de son père et de son frère qui avaient contribué à forger cet être vaniteux et insolent.

Des années plus tard, la mort frappa à nouveau. La guerre emporta son frère ainé, le seul être dont Esrä acceptait la présence. Cette fois, elle cacha sa peine derrière une insolence et une indifférence éhontée, faignant d’approuver le moindre regret pour l'être aimé, arborant une froideur qui ne manqua pas d'attiser l'aversion du clan à son égard. Elle se forgea une carapace si épaisse qu'aucun regard, aucune critique ne pouvait égratigner son orgueil. Quelques temps plus tard, la paix entre les clans fut proclamée. Seule et dernière héritière du maitre des poisons et plutôt que d’œuvrer aux côtés de son père, elle préférait passer des journées à rêvasser d'une autre vie sans pour autant avoir le courage de partir loin de siens. Le seul moment où la vipère Rajàhor réussit à impressionner les siens fut lorsqu'elle pu accomplir, avec plusieurs années de retard sur ses congénères, le rite d'initiation au passage à l'âge adulte. En la voyant revenir du désert avec son propre dinosaure herbivore plusieurs théories circulèrent et Esrä encouragea celle selon laquelle c'était sa grande beauté qui avait charmé l'animal. Bien entendu, la réalité était tout autre ! Après plusieurs heures à se lamenter sur son sort au beau milieu du désert, des cris interpellèrent la marchande qui découvrit un dinosaure piégé par des sables mouvants. Comprenant qu'une telle chance ne se présenterait pas deux fois, au prix de nombreux efforts, elle réussit à libérer l'herbivore épuisé et l'attira jusqu'à l'oasis afin qu'il devienne sa monture officielle. Ce fut sa seule et unique victoire ! Néanmoins réussir le rite d'initiation lui donnait un avantage certains sur d'autres : malgré son caractère détestable, Esrä était une femme du désert à part entière grâce à ça, et son avis, aussi inutile fut-il, serait entendu par leur chef suprême !

Un avis qu'elle n'hésita pas à donner lorsqu'un jour son propre père ramena un étranger chez les Rajàhor. Sauvé des eaux par le vieil artisan, l'homme était un Orcitàn amnésique. Un ancien ennemi donc ! Imaginer que cet étranger pouvait être celui qui avait tué son frère l'irrita au plus au point. Ainsi, la stratégie première de la vipère fut de le foudroyer du regard sans jamais lui adresser la parole dans l'espoir qu'il reparte d'où il était venu, de Menethil ou des abysses, peu importait. Mais les choses ne se déroulèrent pas comme prévu ! Dorran, c'était son nom, prolongea son séjour auprès du clan, encouragé par le vieux père d'Esrä qui semblait apprécier le marin et son air bougon, sa mine renfrognée et les grognements ridicules qu'il réussissait parfois à articuler. Si sa présence offusqua quelques personnes, le nouveau chef Rajàhor, Soka, l'accepta et le court séjour de quelques mois se transforma en années. Depuis sept ans, Dorran partageait la vie de leur communauté en devenant l'homme à tout faire du clan. Peu à peu, les familles s'habituèrent à lui, et les services qu'ils rendaient lui attirèrent sympathie et compassion. Pour Esrä, la méfiance et la colère à l'égard de Dorran se transforma en indifférence. A ses yeux, il restait un être barbare dont elle n'accordait aucune importance. La seule note positive à la vie de ce parasite parmi eux fut que son vieux père ne cherchait plus à obliger sa fille à reprendre la voie de la fabrication de poisons, bien au contraire, il avait trouvé en Dorran un nouveau fils à instruire. Dédaigneuse de leur activité, Esrä observait d'un oeil critique et sarcastique le maître former son nouvel apprenti.

Mais alors qu'elle se pensait libre et hors d'atteinte, son père la sollicita d'une requête dont elle se serait bien passée. Le vieil empoisonneur demanda à sa fille d'accepter Dorran comme époux, de s'unir à lui afin que ce dernier puisse devenir un membre à part entière de leur clan et connaitre les secrets des produits qu'il façonnerait demain. Cette proposition choqua la jeune femme qui ne s'imaginait pas prendre époux un jour, et même si beaucoup de famille était unie de la sorte, il existait au sein de leur communauté des hommes et des femmes totalement libres de tout engagement matrimonial. Évidemment, elle refusa tout d'abord cette proposition grotesque, comme si ce sauvage pouvait prétendre l'avoir pour femme. Mais son père revint à la charge et les arguments qu'il employa, notamment celui où à sa mort, elle se retrouverait seule, sans richesse et sans famille, lui donnèrent matière à réfléchir.

Finalement, après des jours de réflexions intenses, la demoiselle accepta le marché sans pour autant perdre sa défiance envers son futur époux. Les ragots sur cette union atypique allèrent bon train mais ils furent vite remplacés par une nouvelle encore plus incroyable : un vaisseau venu du ciel s'était écrasé sur leur planète ! Et dire qu'Esrä aurait dû être à nouveau le centre de toutes les attentions ! Fichus étrangers !

Mon histoire

Salut je suis Mitsu'ki et j'ai l'âge du Père Noël, de Dumbledore et de Gandalf réunis....oui ! Appelle-moi Dieu ! . J'ai découvert le forum grâce à ce cher Google, il sait filer les bonnes adresses !. Je suis un Inventétropsexy (je tiens aussi à dire que ce personnage est totalement inutile et ridiculement faible dans un clan aussi badass :p ). J'en profite pour dire que j'autorise/je n'autorise pas le staff à offrir en sacrifice au grand T-Rex mon personnage inventé si je venais à quitter le forum. Je serai présent à peu près 5/7 et je tiens à dire que le forum est (y'en a qui bosse hein !) et je tiens à dire que le forum est TOPGEANTTROPCOOLOS !! Le concept, le design, les PV ! Tout est parfait ! Vous gérez !



It's just not fair!
Pain's more trouble than love is worth
I gasp for air, it feels so good, but you know it hurts

   


Dernière édition par Esrä le Jeu 22 Mar - 22:52, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
₪ Aventures : 99
₪ Emploi : Sage Kàvalii
Jeu 22 Mar - 23:12

Oh mais quelle sale petite peste que voilà ! En tout cas ton histoire et bien écrite ce fut un plaisir de te lire et j'avais vraiment l'impression d'être dans le désert par instant. J'ai relevé quelques fautes de frappes par ci par là, mais rien qu'une bonne relecture ne puisse arranger :) Donc je te valide petite pestouille :rose: :keuur:



Tu es validé ! ❞  





Yess  :move:  voilà enfin tu as fini ta fiche et nous savons enfin qui se cache sous ta jolie petite frimousse. A présent, à toi le forum et ses merveilles  :brille: Tout d'abord, tu dois te rendre sur le Bottin des avatars afin de le déclarer, ainsi qu'ici Listing des effectifs réels et Métiers afin de déclarer ton groupe et ton métier à notre merveilleux staff.  Après cette étape, te voilà enfin libre d'aller chercher des amis, des amours ou juste des ennuis par ici :
Liens et de recenser tes rps . Aller hop à toi de jouer  :luv:




Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Esrä ☼ She comes on like a rose and everybody knows, you can look but you better not touch !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oscar et la dame Rose
» La fête de la rose à Chaalis
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Le labyrinthe de la Panthère Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Exodus :: Papiers administratifs :: Présentation :: Fiche terminée-
Sauter vers: